• Histoire et vocation des Régies
  • La Régie à Angers
  • Les missions de la régie
  • Les acteurs
  • Les partenaires
  • Les origines

    La Régie de Quartiers d’Angers est née en 1996 de la réflexion de militants associatifs déjà engagés au sein de deux commissions insertion de quartier à Belle-Beille et à Monplaisir. Les deux groupes, qui souhaitaient agir sur leurs territoires, se sont très vite rendus compte que leurs projets étaient complémentaires et correspondaient pleinement aux deux objectifs des Régies de Quartier qui commençaient à s’implanter en France : l’insertion et le lien social.

    Un déplacement à Strasbourg en 1995 (rencontre nationale des Régies de quartier) a rapidement convaincu la collectivité locale Ville d’Angers et les bailleurs sociaux de l’opportunité de créer à Angers une telle structure.

    Une idée novatrice

    L’idée était particulièrement novatrice à l’époque et s’inscrivait pleinement dans le cadre du contrat de ville (contrat conclu entre la Ville d’Angers et l’Etat). Dès l’origine, le triptyque essentiel de la Régie s’est mis en place avec la présence au conseil d’administration des représentants des Habitants, de la Ville et des Bailleurs sociaux. Tous étant mobilisés autour d’un projet commun de gestion des territoires reconnus en difficulté. Leurs objectifs étaient la solidarité, la lutte contre la précarité, l’insertion, le lien social et l’amélioration du cadre de vie.

    Il a donc été décidé conjointement avec la ville d’Angers d’intervenir sur trois quartiers prioritaires d’habitat social tout en ne créant qu’une seule Régie, afin d’assurer une plus grande coordination et cohérence des activités sur l’ensemble du territoire angevin. L’association regroupait au départ une dizaine de salariés et comprenait un siège social à Verneau et une antenne dans chacun des quartiers de Belle-Beille et de Monplaisir.

    Développement de la régie

    Les activités de la Régie se sont ensuite diversifiées et développées : nouveaux services (éducation canine, nettoyage, chantier d’insertion, espaces verts, services aux habitants, correspondants de nuit…), extension de la Régie des activités sur les quartiers de la Roseraie et du Grand-Pigeon a partir de 1998, création de la campagne « Mon quartier propre et agréable à vivre » en 2003. Ce développement de l’association s’est notamment réalisé sous l’impulsion de Maurice Guignard (Président de 1996 à 2012), d’Annette Bruyère (vice-présidente ), de Gérard Thibault (représentant de la Ville jusqu’en 2001 puis représentant des habitants) tous les trois administrateurs fondateurs et ’Armand Raucher (technicien de la ville d’Angers).

    thumb_lra4_15

    Aujourd’hui , l’association réunit 150 salariés chaque mois, dont 50 permanents et 100 salariés en insertion (soit 265 salariés sur l’année 2013 ). Toutefois, de nouveaux défis sont à relever : renforcer les dispositifs d’insertion, mobiliser les habitants et concilier le projet social avec des exigences économiques plus fortes, inscrire toute les actions dans le cadre du développement durable. Pour répondre à ces défis, La Régie de Quartiers d’Angers continue à développer ses activités et à se moderniser avec un positionnement actualisé et volontariste : l’innovation sociale et économique.

    La Régie de Quartiers est membre du Comité National de Liaison des Régies de Quartier (CNLRQ).

    Fiche d’identité de la Régie de Quartiers d’Angers

    • Association loi 1901, conventionnée avec l’État comme Entreprise d’Insertion et Atelier-Chantier d’Insertion
    • 150 salariés par mois
    • Dont 60 permanents et 90 salariés en insertion
    • Nombre de bénévoles : 30
    • Nombre d’adhérents : 600
    • CA : 4 millions d’euros